Archive for janvier 2010

Merci à Ben Laden de nous avoir débarrassé du « Dakar »

janvier 15, 2010

Le rallye, qui n’a plus de sénégalais que le nom, se déroule pour la deuxième année de suite en Argentine et au Chili. Pour les Africains, c’est une bénédiction, estime le magazine dakarois Kotch.

Elle s’appelait Natalia Sonia Gallardo. Mais nul doute que pas grand monde ne se souviendra de son nom. Cette jeune femme qui croquait la vie à pleines dents a été fauchée par le véhicule 4×4 de l’Allemand Mirco Shultis lors de la première étape, le 1er janvier, du fameux rallye Dakar, qui se déroule cette année en Amérique du Sud. Elle n’est jamais que la cinquante-cinquième victime de cette chevauchée fantastique qui, malgré son lot de tués, est restée fidèle à sa logique aussi implacable que macabre : « The show must go on. »

Pour le plus grand bénéfice des chaînes de télévision, des annonceurs et bien entendu des organisateurs, le spectacle ne doit en aucun cas s’arrêter. Pour sûr, il n’y a pas grand-monde en Afrique, le continent qui a payé le plus lourd tribut au Dakar, pour regretter ce déferlement annuel de grosses cylindrées pétaradantes. On se demande même, après coup, comment les dirigeants africains ont pu tolérer pendant si longtemps que leurs territoires soient transformés en immenses terrains de jeu par une horde casquée venue d’Occident et qui se soucie comme d’une guigne d’accidents souvent mortels. Pour une fois, nombreux sont les Africains qui seraient enclins à remercier… Ben Laden ! En effet, ce sont ses sbires, par les menaces qu’ils faisaient peser sur les participants, qui ont obligé les organisateurs à « délocaliser » la course sur un continent où ils courent moins de risques de subir des attentats ou de se faire enlever.

Maintenant, c’est au tour de nos cousins d’Amérique latine de découvrir tout le mal qu’on pense de cette triviale poursuite entre autos et motos : accidents mortels, pollution, désastres écologiques… Une ONG, la FUNAM (Fondation pour la défense de l’environnement), avait même déposé en décembre un recours pour empêcher que le Dakar ne passe par la province de Córdoba, accusant au passage les autorités argentines de n’avoir réalisé aucune étude sur l’impact environnemental de la course infernale. En vain : le Dakar est devenu un business trop lucratif pour s’émouvoir de ce genre d’états d’âme.

Source :  Courrier International

Un rallye de morts

janvier 8, 2010

Le Dakar menacé
La police chilienne va enquêter sur le message d’un groupe anarchiste jusque là inconnu, qui a indiqué, dans un communiqué transmis jeudi à une radio de Santiago, vouloir viser le rallye Dakar, actuellement dans le nord chilien à Iquique.
Suite

Un an après la mort du motard Pascal Terry, l’instruction toujours en cours
Un an après la mort du motard Pascal Terry lors du rallye Dakar-2009, une instruction est toujours en cours au tribunal de Nanterre et des investigations se poursuivent en Argentine pour déterminer les circonstances du drame et d’éventuelles responsabilités.
Suite

Le Dakar s’enlise
Le rallye-raid vit de sales heures. Au fil des éditions entâchées de décès et autres accidents, le propriétaire Amaury Sport Organisation voit sa course perdre de sa superbe.
Suite

Cavanna et le rallye Dakar

janvier 7, 2010

Paris-Dakar. Cette sarabande de noceurs sous le nez des africains crevant la faim, cet épais cirque publicitaire tonitruant de laideur agressive et de triomphale connerie, cette merdeuse fantasia des beaufs à safari qui se paient du frisson de luxe sous l’oeil des caméras, cette course en sac motorisée remueuse de pognon à la pelle…

– Oh, eh, dis, tu vois tout en noir. N’oublie pas, les négros de par là, pour eux nos déchets sont des trésors. Le moindre bout de ferraille tout rouillé, ils en font des objets très ingénieux, t’as pas idée. Des doigts de fée. Avec une capsule de bière ils te forgent un couteau à six lames, dans deux boîtes de sardines ils se taillent une paire de sandales… Paris-Dakar est une bénédiction pour ces primitifs à l’âme d’enfant. Sans compter les chouine-gommes et les cigarettes. Et puis, ça attire l’attention du monde civilisé sur la détresse du Tiers Monde, c’est pas rien ça.

Hmmm… Moi, je persiste à ne voir qu’une armada de repus qui s’emmerdent (ou qui se remplissent les poches), à qui il faut du risque et de l’émotion forte pour que la vie soit supportable, et qui pour cela se foutent pas mal de ravager ce qu’ils appellent pourtant avec des yeux de merlans frits les « cultures » locales si respectables, si sacrées, une cavalcade arrogante promenant cyniquement sous les nez des Africains la muflerie, la futilité, l’avidite et le mépris des « civilisés ».

(Cavanna, extrait de « La belle fille sur le tas d’ordures »)

Accidents à répétition…

janvier 6, 2010

Un autre accident s’est produit lors du rallye Dakar 2010 en cours. Un pilote argentin a perdu son chemin dans le désert et a été retrouvé par des secouristes le lendemain.

Le pilote du nom de Hernan Kim a perdu son chemin en cherchant le camion de secours à cause d’une panne de sa voiture dans le désert de Catamarca le 4 janvier soir. Sa disparition a attiré l’attention de Leandro Sanchez qui a immédiatement rendu compte de cette information au comité d’organisation.

Une opération de secours a été lancée plus tard par la police argentine avec des hélicoptères. Hernan Kim a été retrouvé le 5 janvier et ne semble pas avoir souffert après avoir passé une nuit dans le désert. Il a été transporté sur la base située à Fiambala dans le Catamarca.

Jusqu’à présent, plusieurs accidents se sont produits lors du rallye Dakar 2010. Une voiture hors contrôle a bondi vers les spectateurs et a causé 8 morts. Un hélicoptère chargé de filmer la course s’est écrasé au sol le 4 janvier faisant quatre blessés.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Déjà l’année dernière… et puis en 1986

Identité Nationale

janvier 5, 2010

Dakar : la course macabre

janvier 5, 2010

Le regretté Philippe Noiret avait longtemps auparavant, à la télé et quasiment en prime time, qualifié le Paris-Dakar d’obscène. Le journaliste qui l’interviewait, Guillaume Durand, avait été assez estomaqué. Plus tard, on ne retiendra de cette course que le nombre de morts qu’elle aura occasionnées.

Source : Langue sauce piquante

TAXE CARBONE : ET LE RALLYE DAKAR ?

janvier 5, 2010

Les 552 concurrents de ce rallye auront un bilan carbone supérieur à 20.000 tonnes de CO2.
Après l’échec irresponsable de COPENHAGUE et l’annulation de la taxe carbone par le Conseil Constitutionnel, ce rallye débute l’année 2010 de façon aussi stupide que provocatrice.
La médiatisation de cette manifestation « sportive », diffusant un modèle où la vitesse, la puissance motorisée et le gaspillage énergétique sont érigés en modèle, montre l’étendue de l’hypocrisie de ceux qui participent à cet événement.

Après avoir du s’exiler d’Afrique, ce rallye tente d’exporter un « modèle » occidental que COPENHAGUE aurait dû remettre en cause. Dans le contexte de crise climatique, ce rallye pour parvenus est un anachronisme, une arrogance symbole et symptôme d’une société incapable de mettre en cohérence le dire et le faire.

Plus près de nous et de notre responsabilité, cela pose la question des soutiens publics à des rallyes du même type en Bourgogne, dont Europe Ecologie Bourgogne demande la suppression. Il en est de même pour les circuits automobiles (Magny-Cours, Prenois, circuit de Bresse…) dont on ne nous dit pas si leurs gaspillages seront soumis à la nouvelle taxe carbone… comme les grosses entreprises polluantes qui en avaient été exonérées.

Europe Ecologie Bourgogne propose que les fonds publics ainsi économisés soient affectés à un pôle de recherche pour une voiture propre (pas électrique, qui est un leurre ) qui ferait la transition avec des services publics de transports plus efficaces et couvrant le territoire.

Europe Ecologie Bourgogne ne transigera pas sur un des points forts de son programme : « Avoir une gestion éthique et équitable des fonds publics ».

T.GROSJEAN

Site : www.bourgogne.regions-europe-ecologie.fr

Une ONG argentine demande l’interdiction du rallye

janvier 4, 2010

Malgré une baisse importante du nombre de véhicules inscrits – motos, quads, autos et camions – qui passe de 500 en 2009 à 373 pour 2010, le directeur du Dakar, Etienne Lavigne, considère que cette nouvelle édition du rallye est d’ores et déjà un succès. La course devrait prendre son départ à Buenos Aires le 1er janvier pour un périple de 9 000 km à travers l’Argentine, le Chili et de nouveau l’Argentine pour se conclure dans la capitale argentine le 16 janvier. « Dans le contexte de crise économique que nous connaissons, nous nous en tirons plutôt très bien, estime le directeur de la course. La dernière édition avait été historique, avec la plus importante participation jamais connue. »

Malgré le succès populaire de cette course en 2009, le Dakar ne fait pas l’unanimité. Elle pourrait même voir son déroulement interrompu par une action en justice intentée par la FUNAM (Fundacion para la defensa del ambiente), une ONG argentine. Cette Fondation pour la protection de l’environnement a en effet déposé, samedi 26 décembre, un recours devant le tribunal de première instance de la ville de Cordoba, qui l’a jugé recevable, pour tenter d’interdire le déroulement de la course sur le territoire de la province du même nom qui devrait être traversée au cours des deuxième et troisième étapes.

La FUNAM se fonde sur les textes de loi pour réussir son entreprise. « La traversée de la province n’est pas autorisée puisque rien à ce sujet n’a été publié dans le bulletin officiel, explique le professeur Raul Montenegro, président de la FUNAM, dans un communiqué. Même si cette autorisation était donnée en urgence, comme cela fut le cas en 2009 (lors de l’édition précédente), cette mesure serait nulle parce qu’aucune étude sur l’impact environnemental n’a été réalisée comme le prévoit la loi nationale sur l’environnement. »

Dans ce même communiqué, la FUNAM réclame la restitution à l’Etat des 6 millions de dollars versés à Amaury Sport Organisation, le propriétaire de l’épreuve et à ODASA (Organizacion Dakar SA), la structure argentine qui gère le rallye, par le secrétariat au tourisme argentin. Ce versement est « illégal » puisqu’il a été réalisé alors que « les autorisations de course n’ont pas été données ». Celles-ci relèvent en effet de l’autorité des provinces et non du pouvoir central. La FUNAM – qui considère que le Dakar constitue « une grave menace environnementale » et « un camouflet aux populations les plus pauvres » – compte donc attaquer très prochainement en justice les responsables du ministère et des deux sociétés bénéficiaires.

Jean-Louis Aragon

Source

20000 tonnes de CO2 pour 17 jours de course

janvier 4, 2010

Le 1er janvier 2010, départ d’Amérique du Sud du rallye Dakar dont le bilan carbone est estimé, par Agir pour l’Environnement à plus de 20000 tonnes de CO2 pour 17 jours de course.

Génération Ecologie demande l’arrêt du rallye Dakar

janvier 4, 2010

Après l’Afrique, le Dakar sème la mort en Argentine

Génération Ecologie qui s’était battue aux côtés du « Collectif Action pour les Victimes Anonymes du Dakar » s’était réjouie de l’arrêt de cette course en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne.

Aprés avoir détruit les pistes des contrées africaines, après avoir pollué sans contre partie, après avoir tué des villageois africains sans émettre plus que cela des regrets auprès des familles, le rallye raid infernal a traversé l’océan atlantique pour porter le désastre en Argentine et au Chili.

Combien de temps encore cette course qui n’apporte plus rien à l’innovation automobile va-t-elle continuer à détruire la biodiversité, à polluer des régions désertiques, à tuer des hommes, des femmes ou des enfants, cela pour que quelques trois cents pilotes assouvissent leur pulsion de vitesse.

Génération Ecologie demande l’arrêt du Paris Dakar et de toutes les courses de Rallye Raid dans le monde, lance un appel à la population Française et Européenne à boycotter tous les sponsors qui sont complices de ces méfaits.

Michel VERNA
06 11 84 42 78
michel.verna@gmail.com

Source