Flamme à Paris: les Verts en première ligne dans la « bataille de l’image »

by

Flamme à Paris: les Verts en première ligne dans la « bataille de l’image »

Par Christine POUGET et Thomas MORFIN

PARIS, 7 avr 2008 (AFP) –

Les Verts ont été lundi en première ligne dans la « bataille de l’image » autour du passage de la flamme olympique à Paris, qui s’est soldé par l’annulation de la cérémonie à l’Hôtel de Ville.

Un drapeau noir de Reporters sans frontières (RSF), anneaux olympiques transformés en menottes, un autre aux couleurs du Tibet: en brandissant ces symboles depuis une fenêtre de la mairie donnant sur le parvis, l’adjoint au maire Denis Baupin et cinq autres élus Verts, dont le maire du IIe Jacques Boutault, ont réussi un coup d’éclat.

Quelques minutes plus tard, après 16H00, le maire PS de la capitale Bertrand Delanoë annonçait que « les officiels chinois » avaient décidé de supprimer cette étape.

De fait, la flamme, installée dans un bus, a rapidement passé son chemin devant le parvis, sous les cris de plusieurs centaines de personnes, alors que manifestants pro-Tibétains et pro-Chinois agitaient leurs drapeaux dans une ambiance électrique.

Peu avant, dans l’enceinte de la mairie où était prévu le passage du relais, les Verts avaient accompli le même geste devant les nombreux journalistes, depuis le bureau d’un Denis Baupin hilare et manifestement réjoui de l’opération.

« Il n’y a pas eu de coup de force, ni de mots plus hauts que l’autre », assure-t-on chez les écologistes.

Ils minimisent ces actions qui s’inscrivent dans la tradition de « l’agit-prop », insistant sur le fait qu’ils ont utilisé le matériel de l’organisation RSF qui a été aux avant-postes toute la journée.

Sur décision du maire, une banderole proclamait au fronton de l’Hôtel de ville depuis le matin que « Paris défend les droits de l’Homme partout dans le monde ».

« Nous ne sommes pas contre les JO », explique à l’AFP Denis Baupin, démentant avoir voulu « une bagarre politicienne ».

Se disant « surpris que ce soit le gouvernement chinois qui décide de ce qu’on fait en France », M. Baupin assène, visant le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner: « On est passé du droit d’ingérence théorisé par un homme de gauche à un droit d’ingérence des dictatures dans les démocraties! »

« On a gagné la bataille de l’image », se félicite en tout cas l’ancien candidat à la mairie. Selon lui, il s’agissait de « montrer que les valeurs de l’olympisme ne peuvent être passées par pertes et profits sous la pression de l’Etat policier chinois ».

Dès ce matin, les écologistes parisiens s’étaient mobilisés. A la Tour Eiffel, le conseiller de Paris Sylvain Garel avait tenté de s’approcher de la flamme en criant « Liberté pour le Tibet, troupes chinoises hors du Tibet », avant d’être aussitôt ceinturé par des policiers.

Quant à la vice-présidente Verte du conseil régional d’Ile-de-France, Mireille Ferri, elle avait été interpellée brièvement près du Champ-de-Mars, alors qu’elle voulait s’approcher de la flamme… munie d’un extincteur.

Deux des quatre députés écologistes, Noël Mamère et Yves Cochet, se sont également joints à la manifestation de soutien au Tibet des élus de la Nation.

Ardents partisans de « l’auto-détermination » des Tibétains, les Verts avaient fustigé, lors de leur dernier « Parlement » fin mars, des Jeux olympiques décrits comme un « rendez-vous de soutien aux criminels qui organisent l’ethnocide culturel du peuple tibétain ».

AFP

Publicités

Étiquettes : , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :