Archive for janvier 2007

Le Dakar, laboratoire du développement durable?

janvier 27, 2007

Le Dakar, un nouveau moteur pour le développement durable ? Le grand spectacle du Dakar, épreuve phare de la compétition automobile mondiale, cache assez mal l’insupportable conflit de performances qui s’y joue. Plein cadre, des engins rutilants conduits avec maestria par des femmes et des hommes se mesurant sur le registre du dépassement de soi. En contrechamp, des infrastructures rudimentaires tenues à bout de bras par des femmes et des hommes dont la performance consiste à gagner 1 euro par jour pour «nourrir» la famille.

Certes, un effet induit presque bénéfique échappe à la caravane qui passe : la population locale a appris par nécessité comment récupérer les fûts de carburant vides, les découper et les utiliser comme tôle pour réparer la toiture de la case ; cette même population a découvert aussi que l’huile de vidange peut servir pour badigeonner le bois qui sert de charpente et ainsi la protéger contre l’humidité et les insectes. Le partage de l’abondance s’arrête cependant ici, et la population reçoit pour le reste les nuages de pollution que la technologie triomphante laisse, sans vergogne, sur le chemin de son épopée. Ne faut-il pas avancer les termes d’une critique plus inventive ?

Le Dakar ne pourrait-il pas devenir le modèle de la course au développement durable, la première course mécanique valorisant la performance environnementale ? Imaginons, entre Nord et Sud, des engins utilisant des carburants d’origine végétale produits localement, des bolides faisant la démonstration des avancées technologiques les plus innovantes et dont la performance serait mesurée à l’aune de critères écologiques, une course encadrée non par des techniciens européens mais par des locaux formés à ces technologies propres.

Le gagnant de cette course transformée en véritable laboratoire du développement durable serait alors célébré non plus comme le plus rapide, le plus prompt à passer sur les drames que vivent les populations locales, mais comme le plus propre, le plus économique, le plus socialement performant. Le Sud gagnerait une partie de la maîtrise de son environnement et de son développement, le Nord y trouverait le moteur de quelques avancées technologiques cruciales. Accessoirement, les constructeurs automobiles y gagneraient une vitrine médiatique dont, enfin, ils pourraient décemment être fiers.

Yves Guibert, membre d’IDS (Initiatives Développement Stratégies)
Libération du mercredi 24 janvier 2007

Fuck the 4X4

janvier 11, 2007

Le 13 janvier 2006, le Paris-Dakar tuait son 9ème spectateur sur son parcours. Le Paris-Dakar, fête du 4×4 est une catastrophe humaine et écologique. Ce rallye symbolise l’attitude irresponsable de quelques gosses de riches qui dépensent des sommes colossales pour aller les gaspiller sur la terre de ceux qui n’ont rien. D’un point de vue écologique, c’est une aberration de plus étant donné l’énergie gaspillée dans autant de futilités. Les médias dominants, qui d’habitude aiment à souligner les bons gestes écologiques, abandonnent leur morale au vestiaire afin de mieux célébrer cette course meurtrière et publicitaire! Le Paris-Dakar est en effet le fer de lance de l’opération de communication des constructeurs automobiles dont les 4×4 inondent de plus en plus nos centres villes.
A l’aide d’images autoproduites ou tirés d’un reportage vélorutionnaire et de quelques images du Paris-Dakar, dadaprod a monté un clip vidéo pour illustrer le dernier titre de Banga, sobrement intitulé : « fuck the 4×4 ».

fuck44.jpeg

 

Vidéo téléchargeable sur dadprod

Dakar 2007 : premier mort

janvier 9, 2007

Le pilote Sud-Africain Elmer Symons est mort dans un accident durant la 4ème étape du rallye. Un décès qui risque d’attiser la polémique sur le Dakar.

La suite dans le Figaro du 9 janvier 2007 avec un rappel des morts successif de cette course à l’argent. Ce pilote avait 30 ans.

Sur le site du Monde ces deux commentaires :

Hervé A.
09.01.07 | 20h52
Ce type d’accident est évidemment triste et stupide. La vie que cet homme mettait en jeu n’avait-elle d’autre valeur que de courir après des prouesses sans pudeur ? A quoi pense l’homme moderne lorsqu’il traverse ainsi des régions où le superflu n’est pas même une idée. Quelle misère cherche-t-il à fuir en passant non loin des terribles barrières anti émigration qui tuent tant de pauvres gens dans une quasi indifférence. Quelle traversée téméraire l’a assoiffé et affamé au point de de le tuer ?

PD
09.01.07 | 19h10Triste pour lui… Triste aussi et surtout pour les dizaines de gens, dont pas mal de gosses, qui se font faucher sans avoir rien demandé et dont on parle à peine. Le « Dakar » est un rally de la honte qu’il est grand temps de supprimer! Traverser des pays de misére au volan de grosses cylindrées… Aucun respect pour les Hommes ni pour l’environnement : comme disait Renaud : rien que des « connards sur la ligne de départ ». On n’est pas sorti de la mentalité coloniale!! L’A-Frique ne mérite pas ça!

Débat sur Libération « Faut-il continuer le Dakar ? »

Les commentaires.