Le « Total-Dakar », les droits de l’Homme et le Tiers-Monde

by

Le néo-colonialisme occidental moderne ! 

Le 1er janvier 2003, le Total-Dakar va partir dans l’indifférence la plus totale. En 1988 René Dumont déclarait : « Le rallye Paris-Dakar est indécent. Je compare cela à une bande de fêtards qui organisent un banquet mais pas chez eux, et qui entrent chez un pauvre pour ripailler sans l’inviter à partager (…). La vraie aventure c’est la lutte contre la faim ».
Et depuis le premier rallye, une poignée de militants crient : « Le Dakar est une aventure pour « nantis » en mal de sensation, il n’est pas une chance pour les habitants des pays d’Afrique mais une insulte, il est le symbole d’un « mal développement » de notre planète ».
Les faux aventuriers qui font commerce de l’aventure comme les épiciers vendent leur moutarde, vont parcourir trois pays, la Tunisie, la Libye (Khadafi est un grand ami du rallye) et l’Egypte. Les deux premiers surtout, tout le monde le sait, sont des exemples de démocratie ! Le « Paris-Dakar » n’existe pas disent certains puisqu’il ne passe ni à Paris, ni à Dakar, ni même au Sénégal, pays qui est entré récemment dans le groupe des pays les moins avancés de la planète (PMA). Et ils retournent tranquilles à leurs petites affaires (le limogeage de Fernandez, la dernière visite-spectacle de Sarkozy, le dernier coup médiatique de Raffarin).
Résignés, les militants et la presse – y compris beaucoup de ceux qui se disent de gauche voire d’extrême gauche – se font les complices silencieux du rallye de la honte. Les dernières données sur les pays sous développés (le Tiers Monde comme on n’ose plus le dire !) sont accablantes mais tout le monde ou presque s’en moque. 15 millions d’enfants morts chaque année (27 par minute), les trois quarts de la planète spectateurs de la croissance démentielle des pays riches, qui peut croire que ça va encore durer longtemps ?
Une fois de plus nous sommes quelques-uns à crier dans le désert. Depuis plusieurs semaines que circule ce cri de révolte, un seul journal (Charlie Hebdo) a contacté le Mouvement Critique du Sport. Les témoignages que nous recevons sont ceux d’anonymes nombreux révoltés par cette caravane de bagnoles rutilantes, symboles de notre civilisation de la domination, du mépris et de la mort.

Michel CAILLAT,

Membre-fondateur du « Mouvement Critique du Sport ». Auteur de « Le Sport » (Collection Idées reçues – Editions Cavalier Bleu, 2002). Professeur d’économie au lycée Jean Zay à Orléans et de droit, il est aussi professeur de sociologie du sport à l’université d’Orléans. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :